La news de la semaine, c'est Irene.

publié le 20 nov. 2011 à 12:48 par K A   [ mis à jour le·18 janv. 2012 à 18:17 par A L ]

Irene donc. Un beau bébé.
 
Irene est née le 20 août dans les Caraïbes, et désigne un gigantesque ouragan dont la taille, peu commune, est comparable à celle de l'Etat de Californie ou de l'Irak. 
 
Après une entrée fracassante (Catégorie 3) dans les Bahamas, elle a été rétrogradée en Catégorie 2 aujourd'hui (vendredi) et vient tout juste de passer en Catégorie 1. Vous me direz, à cette allure, d'ici demain soir ce sera juste un petit pipi de singe.
 
Même en Catégorie 1, elle reste "extrêmement dangereuse".
 
Mais voilà : cette gigantesque masse, qui se déplace assez lentement (environ 22 km/heure), reste donc un certain temps sur les territoires qu'elle "visite". Et personne n'aime trop qu'un ouragan reste 12 à 14h au-dessus de chez soi.
 
Irene doit "attaquer" la côte Est des Etats-Unis demain soir (samedi), en commençant par la Caroline du Nord. Elle arrivera ensuite directement chez nous dimanche matin, avec un pic de précipitations et de vents prévu pour dimanche midi.
 
Comble de malchance, le mois d'août a été très pluvieux dans la région, les sols sont déjà gorgés d'eau et les pluies diluviennes associées aux conditions météo d'un ouragan ne vont pas arranger les choses. Cerise sur le gâteau : une nouvelle lune arrive ce week-end, synonyme de marées fortes. Déracinements, chutes d'arbres/de branches, ruptures de câbles électriques et inondations sont donc à prévoir.
 
Mesures prises à New York.
 
Pour faire face à cette situation, le maire de New York, Mr. Bloomberg, a ordonné pour la première fois de l'histoire de la ville de New York l'évacuation obligatoire des 250.000 New-yorkais habitant en zones "à risque" : côte de Staten Island, côte de Brooklyn, côte de Long Island, tout le pourtour du sud de Manhattan jusqu'à Midtown. Concrètement, cela veut dire que les gens doivent soit prendre leur voiture et aller se réfugier dans leur famille / chez des amis en zone sûre, soit rejoindre les abris officiels les plus proches sur Manhattan. Techniquement, il est illégal de rester chez soi quand l'ordre d'évacuer a été donné... mais Mr. Bloomberg, dans sa grande bonté, a déclaré que personne ne serait pénalisé, puisqu'il s'agissait tout simplement "d'une question de vie ou de mort".
 
Tout de suite, ça met l'ambiance.
 
Autre première dans l'histoire de New York, le métro sera entièrement fermé demain, ainsi que le PATH.
 
Mesures prises dans le New Jersey.
 
Dans le New Jersey, où, comme à New York, l'état d'urgence a été décrété, l'évacuation obligatoire concerne pour l'instant les villes côtières par lesquelles va arriver l'ouragan : Cape May, Atlantic City (où les casinos ont été fermés), Long Beach Island et la longue Ocean Avenue... tout le trajet de notre escapade du mois de mars.
 
A Jersey City downtown (= le vieux Jersey City, comparé à Jersey City Heights = la colline, où nous habitions au tout début) qui se trouve au même niveau que le sud de Manhattan ou encore Brooklyn, le maire a lancé un appel aux évacuations volontaires : en d'autres termes, ceux qui ont de la famille à l'Ouest sont encouragés à leur rendre visite ce week-end. La décision d'une évacuation obligatoire sera prise d'ici demain midi, si besoin est.
 
Et nous, dans tout ça ?
 
Eh bien, on a commencé par être un peu perdus... Depuis notre arrivée aux Etats-Unis, les ambiances "fin du monde", on en a déjà vu 2 ou 3 : chaque hiver, à chaque annonce de blizzard (tempête de neige), les Américains se ruent dans les magasins... alors que bien souvent, chacun a déjà beaucoup chez soi, beaucoup, voire beaucoup trop. Un vent de panique, très contagieux, s'empare vite des rayons où la lutte pour les derniers packs d'eau en bouteille est parfois assez primitive. Mais non, ici on vit dans l'abondance en permanence, et on n'imagine pas avoir moins que ça.
 
Pourtant, entre la stupidité de la réaction disproportionnée et la stupidité de la non-réaction, il n'y a qu'un mince fossé... comment décider ?
 
Plan d'action familial:
  1. On s'informe : inscription aux messages d'alerte de la ville de JC, télé, Internet. Aux dernières nouvelles, l'ouragan perd de la puissance, et il n'y a toujours pas d'ordre d'évacuation pour Jersey City.
  2. On étudie les info disponibles : plan de la ville de JC avec les zones inondables (nous n'en faisons pas partie, à un bloc près!), adresse des abris officiels (écoles publiques, lycées, gymnases...), routes d'évacuation (celles qui ne seront pas inondées).
  3. On se prépare chez soi : la maison compte suffisamment de bouteilles d'eau et de boîtes de conserve pour nourrir une troupe de scouts affamés pendant une semaine, lampes torches, piles et gros scotch (pour notre baie vitrée) sont prêts à être utilisés, des bouteilles d'eau sont au freezer pour aider à rafraîchir le frigo en cas de coupure d'électricité, téléphones et ordinateurs sont chargés, les numéros d'urgence sont en évidence. 
  4. On se prépare à obéir à un éventuel ordre d'évacuation, en établissant un plan d'évacuation familial : le plein de la voiture est fait, un sac est prêt au cas où (affaires de rechange, passeports, argent liquide, couches, eau, biscuits...), l'abri le plus proche de chez nous serait le lycée Dickinson, près de notre ancien appartement de Palisade (pour ceux qui se rappellent : c'est la grande bâtisse à l'angle de Palisade). Et un seul mot d'ordre : pas de risque inutile.
  5. On attend...
 

Samedi soir
 
Un ordre d'évacuation a été émis pour certains quartiers de Jersey City (Newport, Exchange Place, Marinas...). Il concerne uniquement les appartements en sous-sol et/ou rez-de-chaussée. Dans ces quartiers historiques, beaucoup de maisons sont en effet conçues comme celle-ci, avec un appartement "renfoncé" au rez-de-chaussée dont la porte se trouve sous l'escalier frontal :
 
 
Fort heureusement, nous ne sommes ni en zone inondable, ni au rez-de-chaussée, et nous restons bien au chaud (enfin, surtout au sec) chez nous!
La mairie de Jersey City semble assez désorganisée... Alors que la ville d'Hoboken, juste à côté et au même niveau, ordonnait dès ce matin l'évacuation intégrale de TOUS les appartements en rez-de-chaussée, l'évacuation partielle de Jersey City n'a été décidée que vers 16h, alors que les autorités avaient promis qu'un tel ordre, s'il était émis, serait rendu public avant midi.
Pas facile pour les personnes concernées de s'organiser, surtout quand, parallèlement, les autorités du New Jersey (Gouverneur Christie) demandent aux gens d'être à l'abri avant le coucher du soleil (ce qui est assez tôt quand le ciel est bien couvert comme ça!)... et quand les transports en communs ont arrêté de circuler à midi, justement!
Comble, les nouvelles alertes circulant depuis 18h demandent aux personnes se rendant dans les abris officiels d'apporter leur nourriture... alors que les magasins sont eux aussi fermés depuis ce midi.
Vous comprendrez qu'on n'a vraiment, mais alors vraiment pas envie de quitter notre petit appartement douillet / notre garde-manger / notre chat (dira AL -- et uniquement AL).

 
Irene, t'abuses... on a scotché la baie vitrée... oui oui, on a SCOTCHE la baie vitrée!
(non pas pour éviter qu'elle ne se brise, mais pour éviter trop de "petits morceaux" éparpillés partout si ça se produit)

En attendant, on enchaîne les bulletins de nouvelles et d'alerte à la télé, qui ne parlent QUE d'Irene (si peu de coupures de pub! Quelle surprise!), on écoute respectueusement les messages d'alerte automatiques reçus sur nos portables, on lit tout aussi respectueusement les emails d'alertes qui reprennent mot pour mot ces mêmes messages ("nous vous informons que sur les 7 abris de Jersey City il y en a désormais un qui accepte que les personnes souhaitant venir avec leurs animaux de compagnie", etc.).
La "zone rouge" se situera pour nous entre minuit ce soir, et midi demain. Suspense... Demain sera-t-il un non-event ? (l'équivalent de "beaucoup de bruit pour pas grand chose"?)
 

Dimanche matin
 
Comme vous pouvez le voir sur cette photo prise depuis notre appartement, tout va bien!!!
 
 
Il a énormément plus cette nuit, en continu (on aurait pu se doucher dehors sans problème entre 22h et 6h ce matin), beaucoup de vent vers 3h30 (Doud' s'est réveillé, mais il n'a fallu que quelques minutes pour le rendormir - comme nous), et ce matin aucun dommage à proximité. Les pseudo-caniveaux sont pleins, mais pas d'inondation à proprement parler. La pluie a déjà considérablement diminué et l'eau s'évacue très bien.
Il n'en est pas de même pour les quartiers voisins, comme ci-dessous derrière la station de PATH Grove Street, à 3 blocs de la future école de Doud':
  
 
Photo tirée du site d'informations locales, nj.com. Nous, on reste au chaud et on mange des pancakes!
 
Dernières statistiques pour le New Jersey :
  • 1 million de personnes ont évacué volontairement
  • 15.000 personnes se sont réfugiées dans les abris officiels
  • 400.000 foyers sont toujours sans électricité depuis cette nuit
  • 250 routes ont été fermées à cause des inondations, qui ont déjà atteint de niveaux record pour le NJ.
 
Quant aux images et vidéos de New York, elles sont impressionnantes, surtout dans les quartiers de Coney Island (la plage la pus proche de NYC et accessible en métro) et de Brooklyn, où de nombreux arbres sont tombés.

Mais dans l'ensemble, en dépit des 8 morts dénombrés depuis qu'Irene a touché la côte américaine (dont un surfeur voulant profiter des premières vagues...) il semble que cet ouragan rétrogradé en "tempête tropicale" à l'heure qu'il est, soit resté manageable (sous contrôle).

Il est encore difficile de prévoir quand les choses rentreront entièrement dans l'ordre, car les inondations se poursuivent avec la marée (très forte), mais on pense quand même que la vie reprendra normalement demain :)
  

Dimanche soir
 
17h30, il ne pleut plus depuis quelques heures, il y a encore du vent, mais quelques copains sont déjà allés se promener dehors, on voit des poussettes dans la rue... Nous aussi, nous aussi !!! 48h d'enfermement, on n'en peut plus... Première constatation : ça décoiffe!!!
 
 
Encore quelques débris, mais dans le centre-ville (Grove Street) inondé ce matin, l'eau s'est bien évacuée et les routes sont quasi sèches cet après-midi! Les pompiers ont bien travaillé : pendant la nuit, ils ont répondu à 450 coups de fils d'urgences "graves" liées à Irene. Caves inondées avec danger électrique, voitures "noyées" et sauvetage de leur passagers, branches/arbres tombés sur la voie...
 
 
On croise quand même des choses surprenantes, comme ces matériaux de construction (de la municipalité) restés là tout le week-end... du missile de première catégorie en cas d'ouragan........ ah ben tiens justement, y avait pas un ouragan ce week-end?
 

"Come on Irene!"
 

Le restaurant cubain La Conguita (au carrefour de notre précédent "chez-nous"), s'est bien appliqué avec le scotch.
 

On n'est pas habitués à voir le café Starbucks de Grove Street comme ça! (et fermé!)
 

Pour les high-rise (immeubles d'habitations), c'est kif-kif : un coup y a du scotch, un coup y en a pas...

Nous voulions pousser jusqu'au waterfront et revenir par le parc, mais le vent a repris un peu de force et nous sommes rentrés dare-dare. Pas envie de finir comme le surfeur de Virginie, alors que nous sommes encore dans les derniers "cercles" d'Irene... A notre retour, des voisins nous ont dit qu'un arbre était tombé en travers de la rue, à 4 blocs de chez nous (vers le parc, à l'opposé de notre balade), entraînant quelques poteaux électriques. Pas de regrets pour le parc: le secteur n'aurait pas été ouvert à la balade!
 
Demain, nous devions visiter avec les JC Moms la caserne de pompiers qui se situe dans cette zone... pas sûr que le rendez-vous tienne toujours, sans doute auront-ils besoin de dormir un peu!
 

Sans rancune, Irene!
 
 
Si la visite de la caserne de pompiers a été annulée, le parc, lui, est resté ouvert! On voit quand même qu'il y a eu un petit coup de vent ces derniers jours...
 
 
D'énormes branches ici et là, sur les trottoirs, mais aussi dans l'enceinte grillagée du court de tennis (non visible sur la photo)...
 
 
Ces arbres sont tombés hier après-midi... pendant les dernières bourrasques qui nous ont fait rentrer de balade plus tôt que prévu...
 

Et pour finir sur un sourire : ciel magnifique et sans nuages aujourd'hui à Jersey City, une belle journée de fin d'été (un peu fraîche, mais c'est plutôt l'absence de moiteur qui surprend).

Comments